Le Kale : ce chou tendance et santé

S’il y a un légume que j’affectionne particulièrement depuis mon changement d’alimentation, c’est bien le Kale, que j’assaisonne à toutes les sauces.

Et si, comme beaucoup de personnes, vous ne connaissez pas encore ce chou vert frisé, que l’on prononce “ kel ”, même si, personnellement, j’ai tendance à préférer “ kalé ”, vous allez connaitre ce que l’on appelle un “super-aliment”, apportant un nombre important de vitamines et minéraux à notre corps, il est également très peu calorique (comme tous les choux) ; je vous propose à travers cet article de découvrir quelques-uns de ses atouts et bienfaits.

Quand je suis amené à parler d’alimentation autour de moi (ce qui arrive fréquemment !), on me demande souvent :

“baaaaah si tu manges ni viandes, ni produits laitiers, ni pains, ni pâtes, ni oeufs, baaaah tu manges quoi, des graines ?!”

C’est vrai que notre monde tourne uniquement autour de ces aliments… Bref, quoi qu’il en soit, lorsque je parle du Kale, j’ai toujours le plaisir de me répéter, le nom laissant place à des interrogations de ce genre :

“… du quoi ?! du quel quoi ?!”

Car beaucoup de gens ne connaissent tout simplement pas ce légume oublié et d’autres pensent qu’il s’agit d’un import des États-Unis, c’est pourtant bien l’inverse.

Alors, sortez vos trousses et vos cahiers, je vous offre un petit cours d’histoire avant d’aller plus loin.

Un peu d’histoire

Ce chou est originaire du pourtour méditerranéen, dont la plus ancienne variété nous vient d’Italie (ciao ciao), il était cultivé au moyen-âge par les paysans, car c’était un excellent légume d’hiver. En France, nous l’avons complètement oublié après la Deuxième Guerre mondiale, à cette époque on le trouve encore très largement en Allemagne, Hollande et quelques autres pays d’Europe du Nord.

Ce sont finalement les Anglais qui ont importé ce chou aux États-Unis au XVIIe siècle, ou il est devenu le légume favori des végétariens !

Revenons à notre confort de 2015 ! Depuis quelques années, on constate petit à petit un retour du Kale en France, et c’est grâce à une Américaine, Kristen Beddard, qui en 2012, a eu l’initiative de réintroduire ce légume dans nos contrées. Je vous invite à consulter son site (en anglais) : The Kale Project pour plus d’informations sur son mouvement ;)

Voilà pour le petit cours d’histoire, vous savez maintenant que ce chou est finalement plutôt de chez nous que des US.

Mais alors que cache ce fabuleux légume vert pour qu’on parle de plus en plus de lui ?

Sûrement pas le fait que ce soit un chou sauvage qui ne pousse pas sous forme pommée, mais en pied, comme la blette. D’ailleurs, certaines variétés de Kale peuvent atteindre jusqu’à deux mètres de haut ! Beaucoup l’utilisent en décoration de leur jardin, mais on s’égare, revenons à notre alimentation !

Les bienfaits du kale

Je le disais en introduction, il est très peu calorique, mais ce n’est pas son principal atout ! Il est riche en fibres et dépuratif, mais là encore, la plupart des choux se valent.

Alors pourquoi tous ces attributs de “super-aliment”, “champion de l’immunité” ou encore “aliment anti vieillissement” ? Tout simplement par sa teneur en vitamines, oligoéléments et antioxydants.

Il a, par exemple, une teneur exceptionnelle en Vitamine C : il y a plus de Vitamine C dans une bonne feuille de Kale que dans une orange !

On trouve également à profusion de la provitamine A et de la vitamine K ainsi que du potassium ! Ça ne s’arrête pas là, on trouve aussi plus de calcium que dans un verre de lait (150mg pour 100g de Kale contre 125mg pour le lait, coucou les “amis” nos produits laitiers !

La liste ne s’arrête pas là, il y a deux fois plus d’antioxydants que dans les autres légumes verts à feuilles, plus principalement la zéaxanthine et la lutéine.

Nous trouvons aussi du sulforaphane, un puissant anticancérigène, aidant à lutter contre les inflammations de l’estomac et des vaisseaux sanguins.

Des études sont en cours, on parle de ses bienfaits pour lutter contre le cancer, mais aussi Alzheimer ou encore la dépression et l’angoisse.

Comme vous venez de le lire, ses atouts sont nombreux, la question est, comment en profiter au mieux ?

Comment cuisiner ce légume ?

Beaucoup le font cuire légèrement à la poêle ou dans une marmite pour atténuer son amertume. D’un point de vue personnel, je trouve ce petit goût amer assez subtil et je le cuisine la plupart du temps cru en salade. Il s’accompagne très bien d’une vinaigrette de votre choix, ou tout autre ingrédient, comme la mangue par exemple ;)

Plutôt que de le cuire, vous pouvez masser les feuilles avec un peu d’huile d’olive et du citron, cela va réduire l’amertume et rendre les feuilles plus tendres.

Il m’arrive également de faire des chips de Kale au déshydrateur, une recette que je ne manquerai pas de vous mettre sur le blog.

Dans tous les cas, lavez-le avant de le consommer, même s’il vient d’un magasin bio ! (aux États-Unis, c’est un des légumes sur lequel on retrouve malheureusement le plus de pesticides (voilà une très bonne raison d’acheter bio !).

Où peut-on le trouver ?

J’achète mon Kale en magasin bio la plupart du temps (Biocoop, Satoriz…), ou encore Grand Frais quand je n’en trouve pas de bio, mais à ma grande surprise, on commence à le voir sur certains étals d’hypers, comme Monoprix (à Nice) par exemple.

La pleine saison du Kale est entre septembre et avril, c’est donc, l’heure ou j’écris ces lignes, le moment d’en profiter ;)

Je le répète, mais lavez-le bien avant de le consommer même bio.

Kale with love!

Vous l’aurez compris, je suis un grand consommateur et défendeur du Kale que je n’hésite pas à mettre un peu partout sous différentes formes et accompagnements, je vous invite à faire de même !

Si vous consommez déjà du Kale, n’hésitez pas à proposer votre recette dans les commentaires ! De même, si vous avez des questions sur cet article, ça se passe juste en dessous ;)